Le loup
 
- L'habitat du loup
- Carte d'identite du loup
- Le loup, chasseur !
- Sous-espèces du loup

 

     Le loup
 
- L'habitat du loup
- Carte d'identite du loup
- Le loup, chasseur !
- Sous-espèces du loup
- Proverbes sur le loup
- Poëme d'un loup
- Photos de loups

 

        Légendes sur le loup
 
- Le petit chaperon rouge
- Le Loup garou
- Romulus et remus

 

     Bons Plans !
 
  Bonne idée !

Vous possédez un site Internet ? Générez facilement des revenus qui peuvent êtres importants et cela, sans que vous fassiez quoi que soit !
Il vous suffit d'insérer une bannière Google sur votre site, et à la fin de chaque mois, Google vous envoie un chèque.
Cliquer sur la bannière ci-dessous pour vous inscrire ...




      

      





 



Le petite chaperon rouge.

Le Petit Chaperon rouge Le Petit Chaperon Rouge est un conte de la tradition populaire, qui a connu de nombreuses versions au cours de l’Histoire. Il s’agit à la base d’un récit pour enfant, mais qui contient des thèmes ayant trait à la sexualité, à la violence et au cannibalisme. Le conte oppose, dans une convention toute médiévale, l’univers sûr du village aux dangers de la forêt, même si aucune version écrite ne remonte à cette époque. On retrouve trace de l’histoire dans la tradition orale de nombreux pays d’Europe, sous différentes versions, antérieures au XVII° siècle. Les paysans français racontaient l’histoire dès le XIV° siècle. Dans la version Italienne de La Finta Nonna (La Fausse Grand’mère), la petite fille l’emporte sur le Loup grâce à sa propre ruse, sans l’aide d’un homme ou d’une femme plus âgée. Le bûcheron, personnage ajouté ultérieurement, limite l’héroïne à un rôle plus passif. Certains y verront la volonté de maintenir les femmes « à leur place », dépendante de l’aide d’un homme fort, comme un bûcheron. La version écrite la plus ancienne est celle de Charles Perrault, parue dans les Contes de ma Mère l’Oie en 1697. Cette version sera plus malheureuse et moralisatrice que celles qui suivront. L’héroïne en est une jeune fille bien élevée, la plus jolie du village, qui court à sa perte en indiquant à un loup qu’elle rencontre dans la forêt les indications nécessaires pour trouver la maison de sa grand’mère. Ce dernier mange la vieille dame, tout en se cachant des bûcherons qui travaillent dans la forêt voisine. Il tend ensuite un piège au Petit Chaperon Rouge et finit par la manger. L’histoire en finit là, sur la victoire du Loup. Pas de fin heureuse pour l’héroïne, la morale de Perrault est sans appel. Au XIX° siècle, deux versions distinctes furent rapportées à Jakob Grimm et son jeune frère, Wilhelm Grimm, les fameux frères Grimm : la première par Jeanette Hassenpflug (1791–1860) et la seconde par Marie Hassenpflug (1788–1856). Les deux frères firent de la première version l’histoire principale et de la seconde une suite. L’histoire de Rotkäppchen (La Capuche Rouge) parut dans la première édition de leur collection Kinder- und Hausmärchen (Contes des Enfants et du Foyer (1812)). Dans cette version, la fillette et sa grand’mère sont sauvées par des chasseurs pistant le loup. La suite montre la fillette et sa grand’mère piégeant et tuant un autre loup, anticipant ses gestes grâce à l’expérience acquise au cours de la première histoire. Les frères modifièrent l’histoire dans les éditions postérieures, jusqu’à atteindre la version la plus connue dans l’édition de 1857. Cette version édulcorée, largement répandue, raconte l’histoire d’une petite fille qui traverse la forêt pour lui apporter une galette, un pot de beurre et de la confiture à sa grand’mère. En chemin, la fillette fait la rencontre d’un loup, qui la piège à la fin et la dévore elle et sa grand’mère. Un bûcheron vient néanmoins pour les sauver en ouvrant le ventre du loup. Le Petit Chaperon rouge et sa grand’mère en sortent saines et sauves. Le thème du personnage mangé par le loup et sorti du ventre renvoie au conte de Pierre et le Loup.

Analyse Le Petit Chaperon Rouge symbolise le personnage de la petite fille aux portes de la puberté. Le choix de la couleur du chaperon renvoie au cycle menstruel. Le village et la maison de la grand mère sont des endroits sûrs, chemin entre l’enfance et l’âge adulte. Pour arriver à destination, il faut emprunter un chemin qui traverse une forêt, symbole du danger, abritant le Loup. La mère indique à la fille le chemin à suivre, le « droit chemin » et la met en garde contre les mauvaises rencontres. La fillette est ambiguë, puisque, faisant mine de se débarrasser du Loup, elle lui donne en réalité toutes les indications pour que celui-ci trouve la grand’mère, et la mange… Arrivée à destination, la fillette voit bien que quelque chose ne va pas, (« Que vous avez de grandes dents ») mais… finit dans le lit du Loup ! C’est finalement le bûcheron, figure paternelle protectrice, qui ramènera la fillette à la sécurité. Le Loup, présent dans d’autres conte comme prédateur (Le Petit Poucet), est ici la figure du prédateur sexuel.
        Partenaires
 
Proposez moi un partenariat pour figurer dans cette rubrique.

 

height="8">
>